Montfermeil est l’une des villes du département où l’immobilier est le moins cher. C’est le baromètre des prix des appartements dans l’ancien du Parisien qui l’affirme. Le prix départemental moyen est de 3 720 euros. Il est de 2 498 euros dans notre ville (2 493 pour un appartement et 2 516 pour une maison). Un différentiel de 1 200 euros au m2. Qui plus est, ce prix moyen à Montfermeil a baissé de 15 % en 5 ans (le record pour la Seine-Saint-Denis).

Depuis le début de l’été, les riverains se mobilisent autour de l’avenue des Géraniums à Montfermeil. En cause : le passage continu d’un flot de poids-lourds devant leurs fenêtres. Sur cette avenue, la circulation est pourtant interdite aux camions de plus de 3,5 tonnes, mais avec les travaux du T4 la situation semble avoir échappé aux forces de l’ordre. Une pétition avait été lancée en juillet, suite à laquelle le maire de la ville, Xavier Lemoine, avait promis des aménagements

La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée par l’habitat indigne (7,5% du parc de logements privés). Stéphane Peu, député communiste, propose de renforcer la lutte contre le mal-logement en clarifiant les responsabilités entre l’Etat, les collectivités et les établissements publics pour favoriser plus rapidement le relogement des familles. Il propose également de frapper au porte-monnaie les marchands de sommeil, en facilitant leur expropriation et en accélérant les procédures, pour les empêcher de continuer à profiter du système une fois mis en examen. Sa proposition de loi porte également un financement crédible : une contribution annuelle sur les revenus locatifs, qui financerait un fonds de l’Agence Nationale de l’Habitat en complément de l’impôt sur la fortune immobilière. Ce fonds permettrait de rénover en 10 ans les logements indignes recensés par la Fondation Abbé Pierre.

La bataille continue pour les opposants au projet démentiel et controversé d’urbanisation du triangle de Gonesse sur 80 hectares. Les 4 et 5 octobre prochain sont retenus pour l’organisation d’une marche symbolique sur Matignon afin d’être reçu par le premier ministre. Le tracé de la manifestation partant de Gonesse passera par la Seine-Saint-Denis (La Courneuve, Aubervilliers, Pantin) avant d’atteindre son but ultime le lendemain.

Le CHEC, ou Chèque habitat écologique citoyen, est un dispositif innovant, mis en place par le Département après la COP21, afin de soutenir financièrement les initiatives citoyennes contribuant à la transition écologique dans l'habitat privé. Un an après sa mise en place, ce dispositif est reconnu comme positif par l'ensemble des acteurs, qui soulignent néanmoins que peu de dossiers ont été déposés.

C'est pourquoi le Conseil départemental a décidé d'étendre le CHEC aux bailleurs sociaux, ainsi qu'aux associations. Désormais, tous pourront solliciter une subvention afin de réaliser des projets écologiques dans les espaces extérieurs et intérieurs de leurs logements, tels que potagers et jardins partagés, espaces verts, locaux sportifs et culturels, bornes collectives pour véhicules électriques… Développer ensemble respect de l'environnement et solidarités, pour une réelle écologie populaire!

Pour la dernière année du mandat municipal en cours, la plupart des municipalités de Seine-Saint-Denis ont décidé le statu quo pour les impôts locaux. Montfermeil se distingue en baissant la taxe sur le foncier bâti de 15 % ; impôt que le maire avait augmenté de 15% en 2015 ! Retour à la case départ, sauf que durant 5 ans, les propriétaires auront été surimposés. Mais le maire va pouvoir se féliciter de cette baisse. Une entourloupe qui ne trompe personne !

Par contre Montfermeil reste sur le podium, en 3ème position pour ce qui concerne la taxe d’habitation la plus élevée des 40 villes du département.

droits vacancesRésultat concret de la mission « Accès aux vacances sociales et solidaires » conduite par Dominique Dellac depuis septembre 2017, le Département de la Seine-Saint-Denis et l'Agence nationale des chèques-vacances (ANCV) ont signé le 5 avril dernier deux conventions de partenariat, afin de développer le soutien aux vacances sociales et solidaires. Une première en France !

Grâce à ces conventions, davantage de Séquano-Dyonisien.n.e.s pourront bénéficier des aides aux vacances mises en place par l'ANCV à destination des familles, jeunes, seniors et personnes handicapées, ainsi que leurs accompagnants. Alors que les politiques d’austérité conduisent à rogner sur les politiques sociales, et notamment sur les dispositifs vacances, le Conseil départemental démontre qu'il est un acteur de premier plan des solidarités.