lettre5 p1

lettre5 p2 lettre5 p3 lettre5 p4

Cliquer sur les images pour télécharger le document pdf

Dans une lettre ouverte au Premier ministre, des parlementaires de la Seine-Saint-Denis, tous bords politiques confondus (sauf LREM), demandent à investir davantage dans la santé : «Nous ne stopperons pas l’hémorragie du système de santé en Seine-Saint-Denis avec quelques pansements. Il y a urgence. L’ensemble des services publics de Seine-Saint-Denis souffre d’un manque dramatique de moyens humains et financiers ainsi que d’une criante inégalité de traitement. L’offre de soins n’échappe malheureusement pas aux immenses difficultés que les habitants rencontrent au quotidien. La Seine-Saint-Denis est un territoire sanitairement précarisé. La densité de médecins généralistes est inférieure de 30 % au taux national ; plus de la moitié des communes du département se trouvent en zone d’intervention prioritaire de lutte contre la désertification médicale ; les moyens financiers accordés aux hôpitaux sont inadaptés au regard du volume de patients accueillis ; les services hospitaliers sont, pour la plupart, en sous-effectif et manquent de matériel en quantité suffisante pour assurer leurs missions dans des conditions convenables et respectant la dignité des patients… La liste est longue, […] et depuis bien trop d’années. »

Notre ville n’échappe pas à ce triste constat. Et l’hôpital de Montfermeil non plus. Dominique Dellac intervient depuis plusieurs années au sein de son Conseil de surveillance pour dénoncer une politique austéritaire mise en œuvre par les gouvernements successifs et appliquée par la direction et par le président du Conseil de surveillance, Xavier Lemoine. Résultat : selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales de 2017, il manque entre 87 et 130 millions d’investissements pour la modernisation de l’hôpital. Constat confirmé par la nouvelle direction du Groupement hospitalier de territoire (GHT) auquel est dorénavant intégré notre hôpital. Celle-ci a donc proposé à l’Agence régionale de santé (ARS) un plan d’investissements destiné à sa mise à niveau indispensable. Il y a urgence : au-delà des locaux vieillissants, certains blocs opératoires ne répondent plus aux exigences des technologies modernes !

La gestion de l’hôpital, soutenue par Xavier Lemoine, a été à l’image de sa politique municipale durant des années : diminution de la dépense publique et refus d’investir dans de nouveaux équipements. Aujourd’hui il s’approprie les réalisations très largement financées par d’autres : l’Etat, dont l’Agence nationale de rénovation urbaine a investi 800 millions d’euros à Montfermeil, la Région ou le Département. Parions qu’il s’enorgueillira demain de la modernisation de notre hôpital voulue par la direction du GHT.

Les élus Front de Gauche au Conseil municipal

Olivier d’Henry, Angélique Planet-Ledieu, Christian Brickx

Elle est accusée de tous les maux et pourtant permet tous les espoirs : L’Europe.

« Le bonheur est une idée neuve en Europe » disait Saint-Just. Il nous appartient de faire vivre cette idée au quotidien.

L'Europe peut et doit être fer de lance sur toutes les questions concernant le réchauffement climatique, l'accueil des populations fuyant les guerres et la misère et la recherche de solutions pérennes pour la paix dans ces pays.

Un jeune homme nous fixe, le regard déterminé. Pointée vers le spectateur comme un fusil, il tient … une caméra. C’était en 2004, une image en noir et blanc qu’on n’oubliera pas, première collaboration entre Ladj Ly et le photographe JR.

Quinze ans plus tard, « Les Misérables », le premier long métrage de Ladj Ly fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes, en compétition avec les films des plus grands réalisateurs comme Ken Loach, Quentin Tarentino, Pedro Almodovar, les frères Dardenne ou Terrence Malick.

Le Gouvernement aura beaucoup espéré de la trêve de fin d’année pour que s’essouffle le mouvement de contestation. Mais ça n’a pas été le cas. Personne n‘est dupe des tentatives de divisions : par des propositions et des mesurettes, la réponse répressive et le mépris, le focus sur les actes de violence… Pendant ce temps, les cadeaux aux plus riches sont maintenus, les attaques contre les fonctionnaires et les services publics se poursuivent, les chômeurs seront toujours plus sanctionnés et contrôlés. Et ce ne sont pas les vœux du Président, qualifiant de « foule haineuse » les manifestants, qui vont calmer la colère sociale.

Pour la rentrée 2019, la carte scolaire des écoles élémentaires a été modifiée pour suivre l’évolution des constructions immobilières de ces dernières années, s’adapter aux dédoublements des CP et CE1 en REP et REP+, répondre à l’obligation de scolarisation des enfants dès 3 ans…

L’augmentation de la population à Montfermeil est un fait. Les projets immobiliers fleurissent laissant présager une augmentation des enfants scolarisés en primaire ET AU COLLEGE. Or Jean-Jaurès comme Pablo-Picasso arrivent à saturation.

Pourquoi pas un troisième collège à Montfermeil ? C’est un besoin formulé par les parents lors de notre grande consultation, une demande fréquente des enseignants du 2nd degré…

Une proposition que nous aurions pu porter en commission scolaire, si celle-ci fonctionnait encore. Une commission élargie aux élus d’opposition, aux représentants d’associations de parents d’élèves et des syndicats professionnels, permettrait de partager les constats, d’anticiper, et d’actionner tous les leviers possibles pour répondre aux besoins des actuels et futurs montfermeillois.

La construction des collèges étant de la responsabilité des départements, Dominique Dellac, Conseillère départementale de Montfermeil, a fait part de cette situation au Vice-Président à l’éducation du Département. Les services départementaux ont confirmé le besoin. A brève échéance, un nouveau collège s’avère indispensable pour le secteur Montfermeil/Coubron. Il devient donc nécessaire de réserver une parcelle pour cette construction, qui devrait s’inscrire dans le prochain plan départemental de construction des collèges, à partir de 2021.

Dans sa réponse à Dominique Dellac, le vice-président à l’éducation du département précise : « [..] prenant en compte vos différentes alertes, j’ai demandé aux services de travailler […] et d’anticiper la hausse des effectifs de vos collèges. Si la nécessité de construire un nouveau collège apparaît, le Département prendra ses responsabilités et débutera les démarches nécessaires à l’installation d’un établissement à Montfermeil ou à Coubron. Dans ce cas, je suis certain que les villes […] sauront coopérer pour faciliter la recherche d’un terrain. »

La ville de Montfermeil doit, elle aussi, anticiper cette demande et réserver un espace pour une future construction. Les terrains propriété de la ville ne manquent pas, ils ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de l’immobilier et du tout logement, mais doivent être utiles aux besoins de scolarisation des enfants des familles qui emménagent.

Vos élus au conseil municipal

Olivier D’Henry, Angélique Planet-Ledieu, Christian Brickx

 

Montfermeil est en travaux.

La rénovation urbaine des Bosquets, l’arrivée prochaine du Tramway et demain du métro Grand Paris Express transforment notre ville. Remercions l’Etat (Agence nationale pour la rénovation urbaine), la Région et le Département qui, pour l’essentiel et depuis des années, financent ces travaux et les équipements qui les accompagnent : écoles, stade et gymnase Henri-Vidal, salle polyvalente. Bien sûr, le maire tente de se les approprier, de les mettre à son crédit, en vue des prochaines élections municipales.

Une véritable opération d’usurpation politicienne est engagée, notamment dans le magazine municipal. Ne nous laissons pas duper.